9/15/2008

Romance Killer Vol. 2

Publié par E. |


Suite et fin d'une romance assassine imaginée par Doha, ce second opus ferme la marche d'un scénario au combien improbable. Si les couvertures respectives des deux volumes ont leurs couleurs inversées, ce n'est en effet pas dû au hasard.

A la manière d'un miroir, c'est bien la même histoire qui vous est contée (sa poursuite, du moins). Mais alors que vous pensiez vos repères établis, il va vous falloir tout remettre en question. Ce que vous pensiez être à droite se révèle être à gauche... et la cause s'en trouve inversée. Vous n'aurez pas le temps de changer votre fusil d'épaule avant d'être totalement désarmé. La déroute est brutale, certes, mais l'effet est souhaité.

Un volte-face à l'effet d'une claque, qui laisse des rougeurs, des remords... ou de l'indignation. Un peu de "trop" mais on en veut encore. Quelques malaises pour le lecteur ou maladresses d'un auteur. Ce qui est sûr, c'est que Doha frappe encore. Loin de nous être indifférent.

Les événements de ce second volet peuvent surprendre -ils surprennent soyez en sûr - ils n'en restent pas moins critiquables. Si les sujets abordés et mis en avant par Doha sont délicats ou même controversés,ils sont parfois "faciles", comme une main tendue à qui veut la prendre (ou à qui cherche à se faire remarquer dans les kiosques). Et Doha s'est risqué à l'exercice de la promenade. Chose à la portée de tous (qui laisse un petit côté cliché à la tournure des événements)


Mais c'est dans l'accomplissement de sa tâche que le coréen a su se démarquer. La force et l'originalité de son oeuvre ne résident définitivement pas dans les bas fonds de l'humanité (qu'il a un peu trop exploités) mais dans la façon de les explorer. Cette technique de mise en scène est simplement subjuguante (et la simplicité est complexifiante comme on s'accorde à le dire).


Plus que le scénario, donc, c'est bien le découpage, les dessins et la coloration qui font l'arme toute puissante de Doha. Cependant, il convient de ne pas mépriser la qualité de cette fable (à noter qu'on parlera de qualité et non de grandeur pour ne pas jouer les affabulateurs). Le retournement de situation est très bien maîtrisé et redoutablement efficace. Et les quelques 400 pages seront avalées en moins de temps qu'il n'en faut pour écrire cette chronique (croyez-moi!).


Dans la globalité de l'oeuvre, les exigences de l'auteur ont été placées très haut et le cahier des charges semble avoir été respecté. J'ajoute que s'il a parfois fait preuve d'une commune originalité, il reste un grand scénariste et auteur avant-gardiste. Lorsque cela est fait dans la finesse et la sensibilité, solacier humblement la condition humaine à travers une oeuvre peut procurer des sensations bien plus intenses et véritables que n'importe quelle oeuvre pessimiste. Ma préférence penche ainsi inévitablement du côté du premier volume nettement plus optimiste voire utopiste et même fleur bleue... Mais beaucoup préféreront le second, plus noir mais moins authentique.


Quoiqu'il en soit, si vous aviez misé sur lui, le pari est gagné. Pour les autres, faîtes vos jeux!


E.

3 commentaires:

c. a dit…

Ca m'a l'air bien léché - belle édition, n'est ce pas? Bien reuch aussi certainement. Du bel ornement de bibliothèque. Et Coréen en zloob : à téten (malgré tout)!

elgaman a dit…

C'est clair que ça reste une expérience unique et cultissime. Tu t'en sortiras à 30€ la série donc ça reste négociable quand on voit l'épaisseur des albums! Non, vraiment, je recommande vivement!

Soulanubis a dit…

oaui ça à l'aire vraiment alléchant :)

Subscribe